A+

A

A-
Acces Papyrus

Bienvenue sur le site officiel du SIEEEN

Le Syndicat Intercommunal d'Énergies d'Équipement et d'Environnement de la Nièvre intègre différentes compétences structurées en quatre pôles : les énergies, l'e-administration, l'équipement et l'environnement. Acteur majeur du développement durable de la Nièvre, le SIEEEN intervient pour améliorer le cadre de vie des Nivernais depuis 1946.

Acces Site Borne

Novembre 2018

 

Précarité énergétique : une situation toujours très inquiétante en Nièvre

 

Deux tiers des Français ont froid dans leur logement alors qu’ils se chauffent l’hiver. Malgré la volonté de l’État de disposer d’un parc bâti performant au niveau BBC Rénovation ou équivalent à l’horizon 2050, la situation s’aggrave pour les classes populaires et moyennes. À tel point que les médias évoquent même « une bombe à retardement social » ! En Nièvre, cinq ans après l’étude stratégique énergétique, la situation demeure critique.


En France, les ménages en précarité consacrent en moyenne, chaque année, 1 925 € à leurs factures d’énergies liées au logement, contre 1 584 € par an pour la moyenne nationale, alors qu’ils disposent de ressources moindres.


En 2014, l’élaboration de la stratégie énergétique départementale avait révélé que plus de 23 % des ménages subissaient la précarité énergétique, en Nièvre. L’état des lieux demeure véritablement préoccupant ! 80 % du budget du Fonds Solidarité Logement (FSL : 764 000 €) est dédié aux dépenses énergétiques. Le SIEEEN a pu constater une hausse du nombre de demandeurs. 1 500 ménages pour l’énergie et 74 autres pour l’eau sont aidés à hauteur de 200 € en moyenne. 9 198 familles bénéficient des tarifs de première nécessité (électricité) et du tarif spécial solidarité (gaz). Durant la dernière période hivernale, 353 ménages ont subi une réduction de puissance contre 334 en 2016. Le gestionnaire de réseau a procédé à 829 coupures sur les 3 103 demandes reçues. La tendance est la même pour les demandes d’aides au Fonds d’avance Procivis Sacicap (430 000 €) : le besoin atteint 245 % du fonds disponible !


Pas d’action efficiente sans optimisation des structures


Si la rénovation énergétique des logements est une priorité départementale et nationale, l’accroissement des logements indignes -passoires énergétiques et passoires thermiques- et la récurrence des habitations aux toitures et aux installations électriques vétustes demeurent une réalité nivernaise et des territoires ruraux. Force est de constater que les travaux réalisés jusqu’à ce jour ne permettent pas souvent d’obtenir 50 % d’économies d’énergies. De nombreux propriétaires occupants sans moyens d’autofinancements et certains bailleurs indélicats ne respectent pas les exigences d’une rénovation à la norme BBC Rénovation qui pourrait rendre les Nivernais moins dépendants des consommations d’énergies.


Pourtant des collectivités locales sont sensibilisées et les dispositifs d’aides sont multiples en Nièvre : FSL, FNAME, programme Habiter Mieux, programme d’intérêt général Rénovation énergétique, fonds Procivis Sacicap, crédits d’impôts, certificats d’économies d’énergies, Pass’Eau, éco-prêt à taux zéro… Des structures telles que les Espaces Info-Énergie et la plate-forme Nièvre Rénov’ sont opérationnelles sur le territoire. Il s’avère primordial d’optimiser, aujourd’hui, ces dispositifs pour renforcer leur cohérence et leur mise en relation. Peu d’entreprises sont inscrites sur la plate-forme Nièvre Rénov’ dont la charte peut être un outil pour favoriser l’amélioration de la qualité des travaux entrepris. Le recours à l’offre d’isolation des combles à 1 €, sans vérification de son efficacité par une mise en œuvre irréprochable, permet-il de réduire significativement la consommation d’énergies ?


La lutte contre la précarité énergétique nécessite un renforcement de la détection, de la sensibilisation, des préconisations de travaux crédibles, du contrôle des réalisations en termes d’obligation de résultat, du suivi des ménages dans la durée. L’implication des collectivités locales en concertation étroite avec les services de l’Etat reste insuffisante pour agir de façon efficiente. Un important travail doit être fait pour optimiser la communication et simplifier la coopération entre les organismes concernés.  


Des perspectives inquiétantes


Conscient que la lutte contre la précarité énergétique est une problématique complexe, l’État a souhaité simplifier la détection des personnes éligibles à cette aide directe en créant le chèque énergie. 13 000 ménages nivernais ont reçu leur chèque, qu’ils doivent transmettre à leur fournisseur pour régler leur facture et maintenir leur puissance électrique durant la trêve hivernale. Mais, ce dispositif est-il optimal ? La communication nationale insuffisante, le manque d’information des structures accompagnantes et des collectivités, les limites du ciblage des ménages éligibles et la complexité liée à l’utilisation du chèque sont autant de points de blocage identifiés par l’Union nationale des centres communaux d’action sociale (UNCCAS).
En Bourgogne Franche-Comté, 34 % des ménages (419 000 foyers) sont exposés à la vulnérabilité énergétique selon l’Insee (cf. Insee Flash, décembre 2015). Un climat plus froid, un parc de logements plus ancien et une plus faible urbanisation expliquent cette grande fragilité. Avec une moyenne de 150 € par ménage, le chèque énergie n’est pas à la hauteur des besoins. Sur un département rural comme la Nièvre, d’autres facteurs aggravants doivent être pris en compte dans la lutte contre la précarité énergétique : la mobilité avec la hausse constante des coûts de carburants et la santé avec le dérèglement climatique qui cause des pathologies chroniques et aiguës, été comme hiver. La suppression des tarifs de première nécessité et les hausses récurrentes des tarifs du gaz et, des autres énergies, risquent d’accroître encore la fragilisation et la précarisation des ménages sur le département d’ici 2020. C’est pourquoi il importe, aujourd’hui, que chacun se mobilise pour faire reculer de façon notoire les situations de précarité énergétique en Nièvre.